iconoclaque

.

.

.L'installation que nous proposons ici fait état de notre rapport a la peinture en même temps qu'elle dit une chose essentielle de notre recheche. Les éléments qui la composent sont permutables. Ils peuvent fonctionner avec une certaine autonomie. La main de Fatma peut être considérée comme un tableau une fois qu'elle est accrochée sur un mur. Les morceaux de cailloux peints en or, s'ils sont isolés ont autre chose à dire, ils parlent d'impossibles pépites et ces impossibles pépites font remonter a la surface un souvenir d'Eldorado que nous sommes encore nombreux a entretenir ici, en occident. Si nous plaçons cette installation en ouverture de ce chapitre c'est qu'il nous semble important de porter votre attention sur l'écueil (pour nous même) que nous entrapercevons dans l'acte de peindre.

Peindre le monde, le répéter ou le donner à voir autrement... La question reste ouverte. Si nous peignons c'est avec la photographie, l'installation ou la performance que nous choisissons de le faire pour le moment...